Les têtes panoramiques

Les têtes panoramiques :

Ces derniers mois, j’ai pu avoir en main plusieurs têtes panoramiques, de plusieurs type, et je vous donne ici mon compte rendu.

A quoi sert une tête panoramiques :

Pour réaliser une visite virtuelle, un gigapixel ou un panorama bien propre, il faut tourner l’objectif au niveau du point nodal. Ce point, qui est situé dans l’objectif, au niveau de la « pupille d’entrée » est le point sur lequel on peux tourner l’appareil et avoir l’image qui s’assemble parfaitement, où les éléments ne « bougent » pas différemment entre l’avant plan et l’arrière plan. Ce point est spécifique à chaque objectif et chaque focale pour les zoom.
Une tête panoramique permet donc de décaler l’objectif, de façon à tourner autour du point nodal.
J’ai donc pu tester différentes têtes : la manfrotto, la nodal ninja NN3, la panosfer, la panofix, la goby ainsi que 2 têtes motorisées.

panosfer pansofer panosfer
Je n’ai, en premier lieu, pas trouvé les têtes motorisées très utiles, sauf pour faire de gros gigapixels : c’est lourd, assez long à mettre en place et sur un 360 ou un pano standard, cela n’apporte au final pas grand chose. J’ai préféré l’utilisation de la Gigapan au lieux de la panogear, qui avait du mal à supporter mon 1ds.
Au niveau des têtes mécaniques : la Manfrotto est à mon gout lourde et difficile à mettre en place.
La seconde que j’ai testé était la Panofix : très légère, elle semble vraiment pratique à utiliser avec un petit boitier et avec le gorillapod… Au final, le fait que rien ne soit gradué, que le nombre de position soit très limitée, à fait que je n’ai pas réussi à être au point nodal avec mon sigma ni avec mon K01+fisheye ou 35mm. De plus, avec le gorillapod, la tête n’est pas vraiment stable…
J’ai ensuite testé la Panosfer : elle semble vraiment bien construite, facile à configurer et pas très lourde. Par contre, elle a 2 soucis assez gênants : le positionneur est assez dur, si le trépied est leger comme le mien (environ 1kg), la tête tourne en même temps que le positionneur. Enfin, plus gênant, elle n’est pas utilisable avec des petits appareils, sa construction fait que le pied est visible dans ces cas là. Ce défaut a été vraiment gênant avec les Pentax K01 et K200 où la tête était visible sur les images. Par contre, avec un D300 et mon 1ds, j’ai trouvé cette tête vraiment agréable à utiliser, idem avec un objectif assez lourd.
J’ai ensuite pu avoir en main la classique nodal ninja. Assez légère, peut être plus complexe à configurer que la tête précédente, elle est utilisable dans la plupart des situations, que ce soit avec de petit téléobjectif que des fisheyes, que ce soit des compact ou des gros reflex. Avec un bémol cependant, j’ai quand même trouvé la tête panosfer plus confortable avec le 1Ds que la nodal ninja.Nodal ninja 1dsNodal ninja K01panosfer Sigma
Enfin, la tête que j’ai choisis d’acheter, la plus légère du lot (si on excepte la panofix, quasiment inutilisable) : la goby. Cette tête est bien construite, très légère, et fonctionne aussi bien sur le gorillapod que sur trépied (léger ou lourd), elle permet de faire des pano ou des 360 avec mes compact comme mes petits DSLR. Mon 1ds est hélas inutilisable avec cette tête, trop gros et trop lourd. Par contre, un des soucis que j’ai avec cette tête, est qu’au final sa masse légère est, avec un objectif lourd, un inconvénient, elle a tendance à faire bouger le trépied au moindre mouvement, et donc au final, à faire bouger le point nodal.

J’ai aussi la Nodal Ninja R10 : elle est très simple et rapide à utiliser, mais au final je me retrouve avec plusieurs soucis que je n’avais pas penser avant l’achat. Au point nodal, avec le 10-17, il faut mettre l’appareil très en arrière, et l’ensemble devient très instable. L’autre soucis, bien plus grave à mon gout, est qu’elle ne permet pas d’avoir le nadir ni le zenit, et en les prenant à main levé, c’est ensuite beaucoup de travail de retouche derrière.

Laisser un commentaire